A cappella


Sacrilège... Une bande de délinquants, trois filles et deux garçons déjantés, ont pillé notre patrimoine musical et chansonnier.

Pour nous divertir, ils ont détourné ces airs que nous connaissons tous et ont adapté les textes en un spectacle brillant, drôle et tendre qu'ils interprètent avec pour seul accompagnement... un diapason ! Ne reculant devant rien, ils chantent a cappella un répertoire malicieusement revisité, de Boby Lapointe à Beethoven, croisant hymnes disco, jazz et variétés.

Ces cinq-là sortent tout simplement de leur boîte à musique qui devient tour à tour, night-club, poissonnerie, coffre-fort ou salon du Second Empire... Dans ce décor qui évolue au gré de leur imagination, ils pastichent, chantent et chantonnent, vocalisent, fredonnent et murmurent, caquettent, croassent, gloussent et parfois même se taisent, la voix cédant alors la place au mime et à leur seule présence... loufoque et délicieusement kitch ! Comique de B.D. et de potaches, esprit tuyau-de-poêle supérieur, une claque dans le dos et vlan, en avant le rire et la musique !

Sans jamais perdre de vue leur volonté de nous divertir, de nous surprendre ou de nous attendrir, ce qu'ils parviennent à réaliser avec une facilité évidente, ce quintette affiche sans ostentation une qualité vocale rare qui ravira les plus exigeants. Lionel Adam - Tatouvu.com (avril 2003)

Mise en scène: Marc Locci
Avec : Pascale COSTES, soprano, Nicolas KERN, ténor, Rigoberto Marin-Polop, baryton, Sandrine MONTCOUDIOL, alto, Anne Staminesco, soprano.

 

Boîte Vocale


Cinq de Cœur : cinq joyeux amis rencontrés sur les bancs du Chœur de Chambre Accentus de Laurence Equilbey, cinq amoureux de l'a cappella pur, des alliages de voix, en perpétuelle recherche du son fusionnel. Les cinq diables issus du chœur sortent en début de spectacle de leur boîte : une Boîte Vocale, diapason au poing puis y retournent en fin de spectacle, après avoir été mis en scène par l'inventif Marco Locci. La «rousse affriolante» (comme le dit une chanson), tour à tour marchande de poissons, Reine de la Nuit, Yvette Guilbert, c'est la soprano Pascale Costes. Anne Staminesco, soprano également, joue les pimbêches de la noblesse, les filles en manque d'hidalgos. Le petit Léon, qui danse aussi bien le tango, n'est autre que le ténor Nicolas Kern. La basse des Cinq est Rigoberto Marin-Polop, vigile de boîte de nuit ambiance techno, Julio Iglesias ou le Cygne d'un certain lac, plutôt trouble. Ces cinq-là font de tout et par dessus tout, une performance de comédiens, d'arrangeurs, de paroliers, de grands chanteurs pasticheurs d'opéras, d'artistes de variétés, de musiciens débordants de talent. Tous les cinq également, ils sont capables d'une grande émotion, sans ironie, sans sourire en coin pour interpréter Les Amants de la Saint Jean, par exemple. Pauline Guilmot - Concertonet (mai 2002)