Un peu d'histoire


Au début des années 90, trois filles et deux garçons, chanteurs dans un ensemble vocal classique prestigieux et bons amis, harmonisent à l'occasion d'un mariage quelques chansons françaises. Ayant rencontré un vif succès et s'étant beaucoup amusés, ils se prennent au jeu et continuent, attirés par la dimension scénique de l'exercice.

Leur signature vocale séduit Anne Roumanoff, qui les remarque lors de leur premier concert public et leur propose de les mettre en scène. Le premier spectacle verra le jour en mai 1992 à Noirmoutier, puis à Paris au Sentier des Halles en décembre 1992 : malgré les grèves et le froid, la salle ne désemplit pas. Cinq de Cœur rencontre tout de suite son public, et développe son style propre, entre music-hall et théâtre, réinventant un genre développé par les Frères Jacques, entre humour et émotion, entre folie et rigueur, en y ajoutant la couleur propre de l'a cappella qu'ils pratiquent parallèlement dans des ensembles réputés (Accentus, Les Éléments, Jacques Moderne, Sequenza 93, Opéra Éclaté, Soli-Tutti…).

Par la suite, l'équipe va se modifier peu à peu, au gré des rencontres : l'intégration dans le groupe (qui restera toujours constitué de trois filles et deux garçons) nécessite diverses qualités vocales, scéniques et le partage d'un humour à la fois poétique et potache. Une grande complicité est requise car le groupe n'a jamais eu de leader et chaque nouvelle création est le fruit d'un travail collégial et approfondi... Ce qui demande de se voir souvent...

En 1997, Il obtient une subvention de France Télécom qui va donner un coup d'accélérateur à son activité. Sont créés successivement Chant pour Chant pur Chant (au Théâtre du Tourtour en 1997) puis En attendant l'An 2000 (au Théâtre Grévin en 1999).

En 2000, le groupe rencontre Marc Locci, metteur en scène qui partage le même sens du clownesque, mais aussi de la performance : Boîte Vocale est créé et rencontre un vif succès critique et public (Auditorium Saint Germain en 2001, repris au Théâtre du Renard puis à la Cité de la Musique en 2002, et enfin à la Comédie Caumartin en 2003, pour 150 nouvelles représentations). Le groupe connaît depuis une activité très régulière, tant à Paris qu'en tournée, et acquiert sa réputation d'excellence.

Marc Locci signe aussi la mise en scène de leur spectacle Chasseurs de Sons (Festival d’Avignon 2006, Théâtre Le Ranelagh de novembre 2006 à Janvier 2007, Théâtre La Pépinière-Opéra jusqu’à fin juin 2007) qui rencontre un succès plus vif encore.

2009 voit la naissance de leur spectacle intitulé Métronome, fruit de leur collaboration avec Pascal Légitimus (Festival d'Avignon 2009 et 2011, Théâtre Le Ranelagh novembre 2009 à avril 2010, tournée française de 2010 à 2013).

C'est Meriem Menant, alias Emma la clown, qui collabore avec les Cinq de Cœur pour créer leur dernier spectacle Le concert sans retour, qui sera créé au festival d'Avignon en 2014. Le spectacle s'est joué ensuite au Théâtre Le Ranelagh d'octobre 2014 à janvier 2015, a été nommé aux Molières 2015, est revenu au festival d'Avignon en juillet 2015 où il a remporté le prix de festival Off dans la catégorie du spectacle musical. La tournée 2015/2016 est couronnée de succès, se poursuit sur la saison 2016/2017 et Cinq de Cœur revient à Paris du 11 février 2017 au 23 avril 2017 au théâtre "Les Bouffes Parisiens" !


CHASSEURS DE SONS
          
Avec une extraordinaire économie de moyens, ces cinq personnages drôles et attachants, gardant toujours un œil rieur sur eux-mêmes, évoluent dans un décor fait uniquement de lumières, minutieusement élaborées par James Angot. Ils passent d'un univers à l'autre, d'une forêt d'Île-de-France aux plaines arides du Nouveau-Mexique, de la grande galerie du Musée du Louvre à une loge de concierge, d'une tempête au large d'Ouessant à un plateau télé à une heure de grande écoute… Tous ces univers scéniques s'appuient sur une palette sonore extraordinairement variée (du simple murmure jusqu'aux grands aigus lyriques, des rythmiques jazzy au grincement des guitares électriques...), au service d'un répertoire qui traverse cinq siècles... La rigueur exigée par le chant a cappella, sa richesse, sa beauté, font alors très vite oublier au public que tout cela n'existe pourtant que grâce un seul instrument : leur voix (artistiquement gérée par leur ingénieur du son Mathieu Bionnet).

MÉTRONOME

Lors du festival d’Avignon 2009, la troupe a créé avec succès un nouveau spectacle, mis en scène par Pascal Légitimus, intitulé Métronome. Sa plus belle idée repose sur la scénographie, qui fonde l’esthétique exubérante du spectacle : aucun décor, si ce n’est un immense écran en fond de scène. L’apport de la vidéo lui permet absolument toutes les excentricités humoristiques. Au départ, représentant fidèlement une station de métro, le décor plonge peu à peu en même temps que les personnages dans une folie complètement délirante, les cadres de publicité devenant les écrans de tous les possibles...

LE CONCERT SANS RETOUR

Ce soir, GRAND CONCERT DE PRESTIGE !
Cinq de Cœur attaque son fameux programme romantique allemand qui fait le délice des mélomanes de tous bords : Brahms, Schubert, Bach ! Mais... que se passe-t-il ? Des mains soudain incontrôlables, le baryton qui perd la tête, les sopranos qui se crêpent le chignon...
Les souvenirs et les fantasmes de chacun vont ressurgir. Les 5 interprètes se livrent alors à une exhibition dont ils perdent tout contrôle ! Dans une pluie d'images et de sons, Brahms bouscule Scorpions, "l'Adagio" d'Albinoni se confronte au "Chanteur de Mexico", Schubert tutoie Mylène Farmer et Nina Simone tient la dragée haute à Saint-Saëns...
Avec humour et une technique irréprochable, Cinq de Coeur s'est inventé un genre rigoureux comme le classique, débridé comme le music-hall et le prouve encore dans ce nouveau spectacle mis en scène par Meriem Menant (alias Emma la clown).